Bandeau
La Courtine 1917
Lumière sur les évènements survenus en 1917

Site de l’association La Courtine 1917 .À la mémoire des 10000 soldats russes de la première brigade internés au camp de La Courtine du 26 juin au 19 septembre 1917 . Ils y furent militairement réprimés , eux qui s’étaient mutinés contre la poursuite de la guerre , exigeant leur rapatriement en Russie révolutionnaire .

Enseigner le pacifisme (2)

par Christophe
logo imprimer

Un article de Michel Patinaud :

"Un enseignement plus sensible de la Grande Guerre (2)" :

LES LIEUX DE MEMOIRE dans l’enseignement

Petite introduction :

Depuis l’automne 2013, on commémore « à tour de bras » la dite « Grande Guerre ». Si j’ai bien compris, on commémore plutôt le début que la fin, ce qui m’apparaît assez dommage. Enfin, si c’est pour honorer nos anciens, et pas les marchands de canons, allons-y gaiement ! Mais la fleur au stylo plutôt qu’au fusil . Les monuments aux morts, les stèles, plaques, et autres cimetières vont être beaucoup plus fréquentés que d’habitude. Devons-nous être absents de tout çà ? Sûrement pas. On ne laisse pas la parole aux seuls fachos, alors aux cocardiers non plus.

Voici le second volet des articles commencés avec des activités pluri-disciplinaires (chanson « The green fields of France »). Je vais évoquer ici une manière d’aborder la thématique des lieux de mémoire, essentiellement celle des monuments aux morts.

Je rappelle les niveaux concernés : 3 è au collège, 1 ère au lycée. J’ajouterai qu’on peut très bien envisager des activités en éducation civique (5 è : le thème de l’identité). On peut trouver toutes les références utiles sur le portail du ministère de l’E.N., avec un principe essentiel, énoncé dans la loi du 23.4.2005, relativement à la liberté pédagogique :

« il revient à chaque enseignant de s’approprier les programmes dont il a la charge, d’organiser le travail de ses élèves et de choisir les méthodes qui lui semblent les plus adaptées en fonction des objectifs à atteindre ».

Ceci pour répondre à la question : ah, bon ? Mais je peux ? Tu peux tout mon gars, sauf écraser ceux d’en face.

Je ne parlerai ici que de ce que j’ai effectivement expérimenté * (enseignant aux collèges de Bugeat, Eymoutiers, Saint Léonard et Ambazac) : un travail de recherche individuel et collectif sur les monuments d’un secteur géographique, approximativement un canton pour le collège. Voici ce qui peut être proposé à des élèves de 3 è (14-15 ans). À la remarque, sont-ils intéressés par cette thématique ? Sont-ils assez mûrs pour une réflexion approfondie ? Des ados ? Je répondrai sans hésitation : oui.

Comme la gestion du temps en classe est un point capital, il est bon de proposer une activité qui puisse s’ajouter au cours sensu stricto. Mais activité « obligatoire », les « victimes » ne seront pas là tirées au sort.

Intégrer une rapide synthèse dans la leçon sur « le bilan humain de la guerre ». Cette synthèse aura d’autant plus de sens qu’elle aura été préparée ensemble, autant que possible avec les mots-mêmes des élèves.

Principe d’un exposé (une double feuille de copie A 4, comprenant au moins une illustration) : connaître le monument aux morts de sa commune. La thématique et la méthode étant parfois connues des élèves depuis l’école élémentaire, il sera bon de rechercher une approche originale (à voir).

L’exposé – qui ne pourra sans doute pas avoir une présentation orale – est préparé par un questionnaire qui guidera le travail de collecte des informations. Ce questionnaire permettra d’organiser la recherche, sur place (photos, dessins), en mairie, éventuellement recherche internet. Pour ce faire , on laissera un temps suffisant aux élèves, qui choisiront de travailler seuls ou en équipes, étant entendu que les semaines précédant le 11 novembre sont propices. Et bien entendu, le travail sera noté, en général, les résultats sont excellents, parfois « légers », mais jamais mauvais, une bonne note çà motive !
Il existe parfois des journaux scolaires, de revues d’histoire locale, qui peuvent mettre en valeur le travail des élèves, une publication reste pour longtemps, et dans leur souvenir, encore plus.

À Peyrat le Chateau (87 )

Quelques exemples de questions, à personnaliser selon les communes :

Y a t-il d’autres monuments ? Église, cimetière ... sont-ils différents (nombre de noms, inscriptions, symboles ...)
qui honorent-ils ? et ceux qui « l’ont faite », mais en sont-ils revenus ?
à quelle date le monument a-t-il été érigé ? Éventuellement si la mairie le veut bien, l’élève pourra recopier ou photocopier la délibération. Dans certaines communes, on garde la trace (photo, presse) d’une inauguration.
L’auteur est-il connu ? Architecte, sculpteur ... à Gentioux, le tailleur de pierre, M. Eglizeaud, était d’une famille très connue de Faux-la-Montagne.
Combien y a t-il de noms sur le monument ? En connaissez-vous certains ?
Connaissez vous des personnes qui ont un parent ?
Quelle était la règle appliquée pour établir la liste des noms ?
qu’est-ce qui rappelle la guerre ? Par exemple,les mots « morts », « victimes », « héros » ... La collaboration du prof de français pourra être sollicitée pour tout ce qui est vocabulaire, ce qu’on appelle pompeusement, les « champs lexicaux ». Ici aussi, les objets : obus, armes, casque, ... le soldat lui-même. Est-il armé ? L’obusier du monument de La Villedieu mérite une remarque.

L’obusier du monument visible à La Villedieu (23 )

Quels sont les mots, inscriptions patriotiques ?
Y a t-il des éléments pacifistes ?
Des inscriptions remarquables, originales, mystérieuses ?
Le monument de Royère-de-Vassivière par exemple présente ceci – jamais vu ailleurs - « morts pour la civilisation ». Nous avons ici une illustration de ce qui permet de donner un sens plus large à la réflexion (je pense à la leçon qui suivra : pourquoi cette guerre ? Pour la patrie ? Pour la civilisation (quel est le sens de ce mot ? Et l’ennemi est-il un barbare ?)
Faites la liste des inscriptions, des symboles, et des personnages le cas échéant (soldat, veuve, enfant).
Peut-être un tableau récapitulatif préparé par le professeur. Le bilan du travail ( 1H), les commentaires, les notes, et la synthèse sont en général un moment « fort ». On peut prévoir des photos projetées.

En fait, on peut tout imaginer en fonction de situations locales.

Et nous, les pacifistes, dans tout çà ? Notre rôle peut être de mettre en valeur ce qui rassemble et ce qui divise. Donc le monument de Gentioux est à cet égard incontournable.

Le monument de Gentioux , Creuse (23) .

On peut mettre sa propre touche sans heurter ni choquer personne, l’essentiel est de donner le goût de la recherche, de la réflexion, du débat. Nous ne formons pas des moutons. Je sais par expérience qu’un tel travail laisse des traces dans les mémoires. Nous travaillons pour faire naître un goût, mais surtout une humanité.

Et bien sûr, une image de la stèle honorant « nos » mutins, peut donner un sens encore plus riche à tout çà, mais je la verrais mieux en complément d’une étude littéraire (par exemple avec « Ivan Ivanovitch Kossiakoff »).

Toutes photos personnelles / bibliographie nombreuse et variée (avariée parfois), y compris à l’échelle locale. Chacun ses goûts et dégoûts.

A suivre (utilisation du cinéma)



Livres sur le sujet :

L’HISTOIRE et le ROMAN (3) : « Après Marienburg », de Liliane FAURIAC

Un article de Michel Patinaud :

Ce beau roman est très émouvant. Par (...)

L’HISTOIRE et le ROMAN (2) : « Léopoldine », de Corine VALADE

Un article de Michel Patinaud :

Mes rêves de voir des ouvrages de (...)

L’HISTOIRE et le ROMAN (1) : quel intérêt pour nous, pacifistes ?

Un article de Michel Patinaud

Cet article [en 4 parties] est la synthèse (...)

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko de Rémi Adam

Paru le 30 octobre 2014 :

« Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko » (...)

« Faits divers » d’Henri BARBUSSE

Publié en Février 1928 aux éditions Flammarion .

Dans ce recueil, figure un (...)

De Russie en Occident, échos d’une vie , L. Weber-Bauler.

« Échos d’une vie - De Russie en Occident »

de Léon Nikola Evitch (...)

Le temps retrouvé du soldat russe Anissim Ilitch Otmakhov

France 1916 - 1920

Afin de donner au lecteur un récit plus agréable à (...)

Le « camarade rousky » de Jean Giono

Un article de Michel Patinaud

Dans sa nouvelle peu connue « Ivan (...)

Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine

Parayre (Régis) : « Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine », (...)

14-18 les refus de la guerre d’André Loez

André Loez : 14-18 les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, (...)

Les carnets de Stéphane Gavrilenko

« Les carnets de Stéphane Gavrilenko. Un soldat russe sur le front de (...)

La première guerre mondiale de Pierre Renouvin .

Il s"agit du "Que sais-je ?" N° 326 .P U F .

Ma Vie de Léon Trotsky

Rieder, 1934. 256 pages

Dix jours qui ébranlèrent le monde .

De John Reed .EDITIONS SOCIALES, 1958. 381 pages .

La Grande Guerre de Pierre Miquel .

Paru en 2008 aux éditions Fayard dans la collection Histoire (...)

With Snow on Their Boots

The Tragic Odyssey of the Russian Expeditionary Force in France During (...)

Héros et mutins : les soldats russes sur le front français 1916-1918

Présenté par Eric Deroo et Gérard Gorokhoff , Gallimard-DMPA, 2010 (...)

1917, la révolte des soldats russes en France

De Rémi Adam , 2007 Éditions lbc , collection Histoire .

Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999)

De Nicolas Offenstadt , Paris : Odile Jacob , 2000 .

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

Préface de Rémy Cazals, première édition : Maspero, 1978 ; rééditions Éditions (...)

 Les Mutineries de 1917

De Guy Pedroncini , Publications de La Sorbonne ,1967 .

Les damnés de la guerre .

Les crimes de la justice militaire (1914-1918) .

De Roger Monclin , (...)

La Mutinerie De La Courtine. Les Régiments Russes Révoltés En 1917 Au Centre De La France. de Poitevin Pierre

Auteur : POITEVIN PIERRE

Editeur : Payot

Parution : 01/01/1938

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

de Rémi Adam .

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

Les (...)

Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31