Bandeau
La Courtine 1917
Lumière sur les évènements survenus en 1917

Site de l’association La Courtine 1917 .À la mémoire des 10000 soldats russes de la première brigade internés au camp de La Courtine du 26 juin au 19 septembre 1917 . Ils y furent militairement réprimés , eux qui s’étaient mutinés contre la poursuite de la guerre , exigeant leur rapatriement en Russie révolutionnaire .

Compte-rendu AG 25 mai 2019

par Jacques

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ASSOCIATION LA COURTINE 1917

Samedi 25 mai 2019 Salle polyvalente de La Courtine

L’assemblée générale a eu lieu en présence de 29 présents porteurs de 42 pouvoirs, portant ainsi à 71 le nombre d’adhérents représentés.

A la tribune ont pris place sur invitation et aux côtés des co-présidents, Jean-Louis Bordier et Jean-Paul Gady, Jean-Marc Michelon, maire de La Courtine, Eric Molodtzoff, vice-président de LC 1917, Ginette Nepveu, trésorière et Marinette Veyssière, secrétaire de LC 1917.

L’assemblée générale était présidée conjointement par Jean-Louis Bordier et Jean-Paul Gady.

1 Paroles de bienvenue

Notre co-président, Jean-Louis Bordier, ouvre l’assemblée générale à 10h20. Il souhaite la bienvenue aux adhérents présents et à Jean-Marc Michelon, maire de La Courtine. Il rappelle que l’association est créée depuis 5 ans.

Jean-Marc Michelon souhaite à son tour la bienvenue aux présents. Il ne pensait pas que l’association avait 5 ans. Les journées du centenaire en 2017 ont été mémorables. Il est très satisfait que le projet de chemin de mémoire autour de La Courtine ait reçu un avis favorable de la communauté de communes de Haute-Corrèze. Il espère que cela va continuer au niveau de la réalisation.

Eric Molodtzoff, vice-président de LC1917 rappelle la création de l’association en 2014, le centenaire en 2017 qui a été un point d’orgue de notre activité. Maintenant, il pense qu’il faut se tourner vers l’avenir et passer à autre chose. Les relations avec la Russie nous ouvrent des possibilités importantes pour continuer nos recherches et faire en sorte que LC 1917 qui est un beau bébé soit un bel adolescent.

2 Rapport moral. Discussion et vote

Jean-Paul Gady, co-président, remercie Jean-Marc Michelon et Eric Molodtzoff qui étaient les initiateurs de La Courtine 1917 il y a 5 ans à cette tribune, avec Jean Gavrilenko et Régis Parayre.
Le but essentiel du rapport moral est de vérifier, sans empiéter sur le rapport d’activité, si l’activité de l’année a été conforme aux statuts.
Selon l’article 3 des statuts, 
« L’association a pour buts :
d’organiser et de soutenir des initiatives et événements visant à faire connaître et défendre l’histoire du corps expéditionnaire russe pendant la guerre 1914-1917 et tout particulièrement l’histoire de la mutinerie des soldats de la première brigade cantonnée à La Courtine à partir du 22 juin 1917. Ces initiatives et événements pouvant être des rassemblements, des manifestations, des conférences, des films, des expositions, des banquets, l’édition d’articles, de brochures, de livres, la promotion d’œuvres théâtrales ou chantées, etc.
d’agir pour que cette histoire de la mutinerie des soldats russes à La Courtine soit intégrée dans les programmes scolaires de l’enseignement public ».

Le positionnement de l’association est d’effectuer des recherches, de collecter et publier des faits historiques et des documents portés à notre connaissance sur le CERF et la mutinerie mais pas de prétendre détenir la vérité historique. Nous avons pour but de produire et de mettre en débat les points de vue différents avec un esprit d’ouverture. Nous avons des rapports sans ostracisme avec de nombreux élus, quelle que soit leur opinion pour peu qu’ils souhaitent faire vivre l’histoire de la mutinerie.

Depuis un an, nous avons été invités par des organismes variés, des associations, des collectivités, des comités de jumelage à Nanterre et à Tulle, le Musée Adrien Mentienne à Bry-sur-Marne, l’amicale laïque et la Libre Pensée de Seine et Marne, par le Mouvement de la Paix, etc.

En moyenne, nous avons répondu à une sollicitation par mois avec de 40 à 80 personnes à chaque fois, et un public qui, bien souvent, ne connaissait pas l’histoire de ces soldats russes en France et était reconnaissant à l’égard de La Courtine 1917 d’avoir pu recevoir ces informations.

Pour hier vendredi, nous avons décidé d’annuler le repas et le cabaret russe, avec regret, alors que les frais engagés étaient élevés - l’orchestre demandant 1500 €, il aurait fallu au minimum 200 réservations payées, ce qui n’était pas le cas. Le caractère de la soirée n’était pas le même que celui du centenaire qui s’étalait sur 4 jours et proposait des activités diverses et pas seulement une soirée festive.

En août 2018, nous avons fait une randonnée autour de La Courtine avec l’association « Chemins de mémoire sociale ». Comment s’inscrire dans ces projets réalisés par d’autres associations, comme les spectacles pacifistes en Haute-Vienne en novembre 2018, ou la journée du 29 juin à Limoges sur les migrants. Il existe toute une série de possibilités de « travailler » avec des associations basées sur le pacifisme et la solidarité.
Nous avons constitué une commission formation pour élargir le nombre des intervenants pour les expositions, les conférences. De même, nous avons institué un dialogue avec les adhérents en leur envoyant des lettres d’information tous les deux mois…

Aucune intervention n’a eu lieu sur le rapport moral.

Vote sur le rapport moral : unanimité.

3 Rapport d’activité. Compte rendu de la conférence à Moscou. Discussion et vote

Marinette Veyssière, secrétaire de LC1917, a présenté le rapport d’activité.

Ce rapport d’activité portera sur les 11 derniers mois écoulés depuis notre assemblée générale du 23/06/2018. Il sera donc beaucoup moins long que celui de l’an dernier, qui couvrait une période plus longue, et en plus portait sur les journées du centenaire de septembre 2017. Il n’y a pas de centenaire tous les ans, mais l’activité de l’association ne s’est pas arrêtée pour autant.

Les réunions statutaires CA et bureau
Nous avons tenu 2 réunions de conseil d’administration et 1 réunion du bureau depuis la dernière AG. Les réunions ont été régulièrement convoquées et les CA ont donné lieu à un relevé de décisions envoyé à tous les adhérents par courriel ou par courrier postal pour ceux qui n’ont pas internet.
Ces réunions sont l’occasion de faire le point sur les tâches, les mandats de chacun et l’évolution des dossiers que je vais vous présenter.

La reconnaissance du statut d’Organisme d’Intérêt Général
Les démarches engagées auprès de la DGFIP de la Creuse début 2018 ont donné lieu à une réponse motivée de cette administration le 10 octobre 2018 qui explique que :
La gestion de l’organisme présente un caractère désintéressé,
Les activités de l’association ne concurrencent pas le secteur marchand et présentent un caractère non lucratif,
L’association ne fonctionne pas au profit d’un cercle restreint de personnes,
Les actions engagées présentent une dimension culturelle et revêtent également un caractère scientifique.

Ces constatations sont toujours intéressantes à lire ou à entendre, mais elles concentrent aussi l’action du CA et des adhérents pour augmenter le nombre d’adhérents chaque année, et ainsi faire vivre la mémoire des soldats du CERF.
C’est la raison pour laquelle toutes les cotisations réglées à compter du 10 octobre 2018 ouvrent droit à une réduction de 66% des sommes versées sur les impôts sur le revenu, comme nous vous l’avons annoncé dans la lettre d’information aux adhérents de novembre 2018.

La communication de l’association
Les lettres d’information aux adhérents et la communication
A la réunion du CA du 6 octobre 2018, nous avons décidé d’éditer deux nouvelles lettres d’information : la lettre aux adhérents tous les 2 mois et la lettre d’information tous les 3 mois aux nombreux contacts que nous avons. Il y a donc eu 4 lettres aux adhérents en novembre 2018, janvier, mars et mai 2019 et 2 lettres d’information en décembre 2018 et mars 2019.

Le site internet de La Courtine 1917, Facebook, la chaîne Youtube
Le site internet est régulièrement mis à jour par Jacques Guilbert, secrétaire-adjoint chargé de la communication, en collaboration avec les deux autres administrateurs du site internet. Nous y tenons l’agenda de nos manifestations. Avec ses 51 rubriques, 199 articles et 9 sites référencés, il a reçu 83 607 visites depuis sa création, 22 211 de plus qu’à notre dernière AG, ce qui fait une moyenne de 67 visites par jour depuis notre dernière AG. Le nombre de visites par mois ne cesse de croitre depuis la création du site, avec parfois un nombre de visite très important sur une même journée.

La page Facebook est alimentée par Jacques Guilbert qui en est responsable. Il poste des brèves sur la vie de notre association et surtout une info pour tout nouvel événement, nouvelle publication. Il y met quelques photos, les vidéos. Notre page a recueilli 297 mentions "j’aime". Nous avons 319 abonnés à notre page, dont 274 en France, et 45 dans d’autres pays (dont 5 en Russie, 2 en Ukraine, 6 en Belgique, 4 au Canada, 2 aux États-Unis...). Pour les événements, ils sont souvent coédités avec les associations partenaires présentes aussi sur Facebook. De nombreux articles sont partagés par d’autres personnes ou organisations.

La chaîne Youtube : les vidéos réalisées par le vidéaste Philippe Rolle lors des journées du centenaire n’ont évidemment pas changé, mais elles sont une bonne carte de visite des réalisations de l’association.

Les Cahiers de La Courtine 1917
Le n° 6 est paru en novembre 2018, soit 9 mois après le n° 5. Le numéro 7 vient de sortir.
2 questions se posent sur la publication des Cahiers, celle du contenu et celle du coût. La sortie d’un numéro nécessite beaucoup de travail de fond en amont, qui est en général effectué par le comité de rédaction. Si on estime que le contenu est riche, la question importante est celle de l’équilibre financier de la publication d’un numéro. Le coût incompressible (impression, maquettage) est au minimum de 1000 €. Le prix d’un numéro est de 5 €. Donc pour être à l’équilibre, il faudrait en vendre 200, ce qui n’est pas le cas pour le numéro 6.
Nous vendons majoritairement les numéros des Cahiers lors des conférences menées par notre co-président, Jean-Paul Gady, et lors des expositions menées par quelques membres du CA. Nous cherchons donc à multiplier ces initiatives par la possibilité de formations qui feront l’objet d’un paragraphe ultérieur.
Il est apparu que tous les adhérents n’avaient pas les numéros des Cahiers. Pour 2019, nous avons donc modifié le bulletin d’adhésion en faisant apparaître sur ce bulletin la possibilité de s’abonner aux Cahiers pour un coût de 17 € (2 n° à 10 € + les frais postaux).

Le « chemin de mémoire »
Pour rappel, le projet de réaliser un chemin de mémoire est venu du fait que rien dans la commune de La Courtine et alentour ne signalait la présence des soldats russes et de la mutinerie de 10000 d’entre eux à l’été 2017. Le projet ne peut aboutir sans l’engagement des élus communaux ou intercommunaux, des autorités administratives locales, départementales et régionales.

Depuis la dernière AG, nous n’avons pas ménagé nos efforts pour faire avancer le projet.
2 rencontres ont eu lieu entre la Région et les co-présidents de LC1917, le 29 juin et le 27 septembre pour expliquer le projet et pour définir les aides et accompagnements qui pouvaient être apportés par la Région au niveau du conseil et au niveau financier.
Plusieurs rencontres ont eu lieu avec la DRAC, la DDJS et le CDT de la Creuse.

En juillet et en août, Jean-Louis a rencontré Philippe Brugère, maire de Meymac, vice-président de la communauté de communes de Haute Corrèze, puis un responsable du patrimoine pour la Creuse.

Le 20 août, une randonnée a été organisée à La Courtine par l’association « Chemins de mémoire sociale » préparée par Dominique Duranton, membre du CA, à laquelle il y avait 40 participants, dont une quinzaine d’adhérents de LC1917, Marcelle Prieur, maire-adjointe de La Courtine, la DRAC, DDJS, l’ABF de la Corrèze, et un technicien du Parc Naturel Régional de Millevaches.
« Le Pigeon voyageur », la revue de 38 pages de l’association Chemin de mémoire sociale, fait un beau compte rendu sur plusieurs pages de cette randonnée qui avait commencé le matin à Royère de Vassivière sur la tombe de Félix Baudy, fusillé pour l’exemple à Flirey en 1915 et qui après La Courtine, s’est terminée à Gentioux devant le célèbre monument aux morts pacifiste.

2 rencontres ont eu lieu avec les élus locaux :
Une le 10 octobre entre Jean-Louis Bordier, Jean-Paul Gady et Pierre Chevalier, Président de la comcom de Haute Corrèze et Jean-Marc Michelon, vice-président et maire de La Courtine, là encore pour présenter le projet et demander que ce soit la comcom qui porte le projet.
Les élus se sont engagés à présenter le projet au bureau de la comcom pour qu’il soit présenté ensuite en assemblée plénière. Pour mémoire, la comcom, ce sont 71 communes et 103 délégués communautaires.
Une 2ème rencontre a eu lieu le 2 avril 2019 à Ussel avec en plus pour LC1917, Dominique Duranton et moi-même, et pour la comcom, la Directrice Générale des Services par intérim et le Directeur de la communication.
Jean-Louis avait préalablement élaboré un projet patrimonial, culturel et touristique, une stratégie opérationnelle et un état des membres du COPIL.
Cette réunion a été positive. La DGS prévoyait de porter ce point à l’ordre du jour du bureau de la comcom le 2 mai.

Calendrier prévu par la comcom :
présentation du projet au bureau de HCC le 2 mai 2019,
si décision positive, constituer le COPIL avant l’été,
lancement des études préliminaires cet automne.

Le bureau de la comcom a donné un avis favorable sur le projet présent, ce qui est très important pour nous. Mais cela signifie que nous ne maîtrisons pas seuls les délais. Avec les phases préliminaires, (réunion du COPIL, pré-étude…) le démarrage de la réalisation du projet ne pourrait pas être effectif avant 2020. Sans compter qu’en mars 2020 vont avoir lieu les élections municipales.

Un autre projet est en cours à l’Ile d’Aix. Le 31 août, Jean-Louis Bordier a rencontré le maire-adjoint à la Culture sur le projet d’expositions, de conférences, de spectacles et de balade dans l’île autour des Communards de 1871 emprisonnés au Fort Liédot, des soldats russes emprisonnés après la mutinerie de La Courtine et des nationalistes algériens emprisonnés également en 1958 et 1959 dans le fort.

La commission formation
La commission formation est composée de 4 adhérents : Aline Duchêne, Ghislaine Gérault, Loïc Le Diuzet et Pierre Martine.
Elle a tenu 2 réunions en septembre 2018 et avril 2019.
Elle a mené une réflexion sur le type de formation envisagée. Doit-il s’agir de la formation de conférenciers ou d’intervenants sur les différentes initiatives de l’association (débats, conférences, expositions, tenue d’un stand, balades guidées, etc.) pour permettre au plus grand nombre d’adhérents qui le souhaitent de présenter l’exposition ou un stand et non pas seulement de tenir une « conférence ». Elle retient l’appellation « intervenants » pour le compte de l’association. L’aspect « prise en charge des frais » pour la formation doit être élaboré par le CA.
Elle a bâti un module de formation en 4 séquences. Cet après-midi une présentation de ce module de formation est prévue à 16h30 au retour du parcours du chemin de mémoire. Il reste à choisir un week-end pour tenir une session de formation.

La traduction d’un livre russe
Nous avons fait traduire bénévolement le livre de Dmitry Ulyanovitch Lisovenko qui a été édité à Moscou aux Editions militaires en 1960.
Ce livre a été écrit par un soldat russe de la 1ère Brigade du Corps expéditionnaire russe qui a été mutin à La Courtine à l’été 1917. Après la répression de la mutinerie, placé dans une compagnie de travailleurs à Besançon, il s’en évade avec d’autres ex-soldats russes et rejoint la Suisse où il est mis en prison. Profitant de la présence en Suisse en juin 1918 des membres d’une mission diplomatique russe, il réussira à se faire rapatrier en Russie en juillet 1918. Il arrive en pleine guerre civile entre les rouges et les blancs et il s’engage alors immédiatement comme combattant dans l’armée Rouge.
Ce livre est un récit d’un ex-soldat russe, de fin 1915 à juillet 1918, avec une rédaction parfois différente, voire divergente de faits que nous connaissons et avec aussi beaucoup de détails que nous ne connaissions pas.
Nous avons les moyens pour le faire publier en France, après une relecture définitive. Nous allons lancer une souscription auprès des adhérents et contacts pour le publier avant la fin de l’année 2019.

Bilan des conférences, expositions, projections, rencontres et autres initiatives
A l’initiative de collectivités, de musées et d’associations, nous avons tenu ces derniers mois nous séparant des 2 assemblées générales, 7 conférences, expositions et visites commentées : à Fournival (60) ; à Martinvelle (70) ; à Lagarde Enval (19) ; à Bry sur Marne (94) ; La Ferté sous Jouarre (77) et Nanterre (92). Ces initiatives ont vu la participation de centaines de personnes et pour près de 1000€ de publications et livres y ont été vendus. Également à ces occasions quelques personnes ont rejoint notre association.

Cette année encore, l’association était présente au salon du livre à Felletin (23) le 10 août 2018 où Jean-Paul Gady et Liliane Fauriac ont dédicacé leurs livres. Une occasion de rencontrer nombre d’adhérents locaux de l’association et d’autres personnes intéressées par nos recherches et initiatives. 9 exemplaires du livre « Le Limousin et la Révolution russe » ont été vendus à cette occasion.

Le 12 août 2018, à la brocante de la Courtine, 8 adhérents étaient présents au stand de LC1917, dont Liliane Fauriac et Corine Valade qui ont dédicacé leurs livres. Nous avons vendu pour 230 € de publications presque essentiellement des Cahiers de La Courtine 1917.

Du 5 au 16 septembre, l’exposition était à Châlus en Haute-Vienne dans le cadre d’une initiative de l’association Histoire et Archéologie du pays de Châlus. Le 15 septembre, notre camarade, amie et romancière, Liliane Fauriac a dédicacé son livre « Après Marienburg » et a ensuite tenu une causerie sur la mutinerie des soldats russes de La Courtine.

Les 8 et 9 novembre, LC 1917 a été partenaire avec 17 autres associations et syndicats de Haute-Vienne et 3 collectivités pour faire passer à Saint-Junien et Limoges le spectacle pacifiste « Jean, solo pour un monument aux morts ». Les 2 représentations ont réuni 300 personnes.

Le 25 novembre, au salon du livre à Cussac (87), Jean-Paul Gady a dédicacé le livre « 1917, le Limousin et la Révolution russe » et Liliane Fauriac a présenté une causerie sur la mutinerie des soldats russes.

En novembre également, à Feytiat (87), une rencontre a eu lieu entre des membres de notre association et les petits enfants de Louis Barthas, tonnelier pacifiste qui a écrit ses carnets de guerre. Dans un de ceux-ci il raconte entre autres en une dizaine de pages, comment son régiment a été fortement influencé par la révolte des brigades russes sur le front au printemps 1917. Suite à notre demande, les archives départementales de l’Aude nous ont envoyé ces pages numérisées dont nous publierons avec leur autorisation des extraits dans les Cahiers de La Courtine 1917.

En décembre 2018, Jean-Paul Gady et Victoria Melgar ont rencontré M. Grand, ex-professeur d’université à Bordeaux, dont l’épouse est professeure de russe. Les élèves de l’école franco-russe de Bordeaux ont publié en partenariat avec une école en Russie, un magnifique cahier sur un soldat russe, mutin de La Courtine et mort au camp de Courneau en octobre 1917 dont ils remirent un exemplaire à M. Poutine le 11 novembre 2018 à Paris. L’autorisation nous a été donnée de publier des extraits de ce cahier dans les Cahiers de La Courtine 1917.

Le 14 février, rencontre entre Jean-Louis Bordier et la présidente de la société des sciences d’Argenton-sur-Creuse sur le livre de Raymond Rollinat, naturaliste et herpétologiste de renommée internationale. Celui-ci a tenu un carnet durant toute la guerre de 14-18 et il a noté tous les mouvements de train en gare d’Argenton et fait de nombreux commentaires sur leur présence à La Courtine. Il a donc vu, écrit et pris de nombreuses photos à propos des passages des mutins russes à l’aller et au retour de La Courtine. L’association a eu l’accord pour utiliser ces écrits et photos et nous sommes invités à participer aux commémorations et hommages qui seront rendus en 2020 à ce savant.

L’association a bénéficié d’articles de presse qui annonçaient nos conférences et expositions, et nous avons tenu un Club de la Presse à Limoges le 7 mai dernier pour communiquer sur nos initiatives et sur les initiatives pour les 5 ans de l’association. L’Echo de Haute-Vienne du 9 mai a publié en « Une » une superbe photo et a fait le compte rendu en page 3.

Conférence de Moscou du 16 au 18 mai 2019
L’association La Courtine 1917 a été invitée à participer à la 1ère conférence scientifique internationale « Les troupes russes en France et dans les Balkans (1916-1918) dans l’histoire et la mémoire de Russie et d’Europe » qui a eu lieu à Moscou du 16 au 18 mai.
Cette conférence était organisée par l’Association de la mémoire du Corps expéditionnaire russe (CER) et le Musée central des forces armées. Cette association a été créée en 2018 à Moscou par des descendants du CER et les chercheurs étudiant son histoire à des fins mémorielles et éducatives.

Le conseil d’administration de LC1917 a décidé de répondre favorablement à cette invitation et d’envoyer un représentant. Notre vice-président, Eric Molodtzoff, descendant d’un soldat russe, n’a malheureusement pas pu y participer. Après diverses demandes auprès d’adhérents russophones, le CA a décidé de me mandater. J’étais accompagnée par Bernard Veyssière qui m’a bien aidée pendant la conférence, tellement les demandes étaient nombreuses.
Je tiens à dire que nous avons été très bien accueillis comme représentants de LC1917. J’ai pu présenter un mot de bienvenue au début de la conférence et de remerciements à la fin (annexe 1).

Cette conférence réunissait des chercheurs, des historiens (dont le français Rémi Adam), des archivistes, des muséologues, des experts de différents pays.
Il y a eu 40 interventions portant sur des sujets variés, avec des avis parfois contradictoires. L’objet principal était de discuter sur les faits d’armes des combattants du CER en France et dans les Balkans et particulièrement sur la Légion russe.
La mutinerie des 10300 soldats de La Courtine a été mentionnée à plusieurs reprises, et sera examinée lors d’une future conférence.
Les interventions étaient organisées suivant plusieurs chapitres :
Les recherches documentaires, bibliographiques, historiques,
Le CER dans les musées et les archives,
Les exploits militaires du CER,
Le CER et l’orthodoxie,
La place de l’art dans le CER,
L’organisation des secours aux blessés,
La conservation des nécropoles des soldats morts.

Cette conférence était très intéressante et très bien organisée. Nous avons pu présenter largement l’association LC1917 avec les documents que nous avions emportés, nouer des contacts avec des historiens, des étudiants, des directeurs de musées, des descendants de soldats russes.
Un compte rendu plus complet sera fait dans le prochain numéro des Cahiers de LC1917.
En participant à cette conférence, notre objectif était de nouer des premiers contacts pour pouvoir poursuivre les travaux de recherche en Russie et en France, et cet objectif a été atteint.

En conclusion de ce rapport d’activité, je voudrais souligner que l’association a démontré la nécessité de son existence, qu’elle a réalisé des actions de grande ampleur et d’autres plus modestes mais tout aussi importantes. Tout ce que nous avons réalisé n’a été possible qu’avec la mobilisation croissante des adhérents, ce dont nous pouvons être fiers et satisfaits.

Marinette Veyssière
Secrétaire de La Courtine 1917, le 22 mai 2019

Plusieurs adhérents sont intervenus pour approuver notre participation à la conférence de Moscou ou pour souligner que, après le centenaire, on pouvait s’interroger sur ce qu’on allait faire, mais qu’en fait, notre activité n’a cessé de croître.

Le rapport d’activité a été voté à l’unanimité.

4 Rapport financier. Rapport des vérificatrices aux comptes. Discussion et votes.

Jacques Nepveu, trésorier adjoint, présente le bilan de trésorerie pour l’année 2018 (voir annexe 2).

L’assemblée générale doit adopter :
Le compte de résultat en excédent de 12 680,24€
Le compte de bilan de 22 045,89€
L’affectation du solde de l’exercice de 12 680,24€ au report à nouveau
Le rapport financier a donné lieu à une question d’ordre purement technique à laquelle Jacques Nepveu a répondu.

Vote le rapport financier et sur le quitus : unanimité
Vote sur le rapport des vérificatrices aux comptes : unanimité

5 Budget prévisionnel

Le budget prévisionnel 2019 (voir annexe 3) est présenté par Jacques Nepveu et Jacques Guilbert.

Le projet du chemin de mémoire occupe une place importante dans ce budget pour les activités qui seront déléguées à notre association dans le cadre de ce projet.
Le poste « déplacement » occupe une place plus importante pour la prise en charge du voyage à Moscou.

Le budget prévisionnel a été voté à l’unanimité.

6 Vote sur le montant de la cotisation 2020

La cotisation de base est actuellement de 10 € avec la possibilité de verser un soutien.

Jean-Paul Gady explique qu’il n’est pas nécessaire d’augmenter la cotisation pour 2020 mais qu’il est nécessaire de montrer aux adhérents l’intérêt de payer les Cahiers de LC1917 en même temps que la cotisation pour que les adhérents puissent les recevoir, donc de régler en même temps la cotisation de base de 10 € et la somme de 17 € pour les 2 Cahiers annuels et les frais d’envoi.

Jacques Guilbert ajoute qu’avec le statut d’OIG, désormais, il revient toujours à 10 € de payer 30 € de cotisation et d’avoir un crédit d’impôt de 20 €. En réglant 30 € de cotisation, il n’y aurait donc pas d’augmentation du coût final pour l’adhérent, mais que pour l’association, cela fait plus de recettes.

A une question posée pour savoir quelle année on fait payer à ceux qui adhèrent en fin d’année, il est répondu qu’il faut agir selon la volonté de l’adhérent.

Proposition de vote : maintenir la cotisation de base de 10 € et préciser sur le bulletin d’adhésion la possibilité de régler en plus 17 € pour recevoir Les Cahiers de La Courtine 1917.

Vote à l’unanimité.

7 Election au Conseil d’administration.

L’article 7 des statuts prévoit que les membres du conseil d’administration sont élus pour 3 ans, renouvelables par tiers tous les ans par l’assemblée générale.

Le mandat de 6 élus expire en 2019. Il s’agit de :
Liliane Fauriac
Jean-Paul Gady
Jacques Guilbert
Pascal Leroy
Jacques Nepveu
Marie-Hélène Pouget-Chauvat

Ces 6 élus se représentent. Aucun autre présent ou adhérent n’est candidat.
Les 6 candidats sont élus à l’unanimité.

8 Election du bureau

Le conseil d’administration élit en son sein un bureau chargé de l’administration courante de l’association. Tous les membres du bureau actuel sont candidats pour le même poste. Aucun autre membre du CA n’est candidat.

Rappel de la composition du bureau :
Co-présidents : Jean-Louis BORDIER et Jean-Paul GADY
Vice –président : Eric MOLODTZOFF
Secrétaire : Marinette VEYSSIERE
Secrétaire adjoint : Jacques GUILBERT
Trésorière : Ginette NEPVEU
Trésorier adjoint : Jacques NEPVEU

Le bureau est donc réélu à l’unanimité.

9 Présentation et discussion sur les projets en cours

Chemin de mémoire

Jean-Louis Bordier rappelle qu’au départ, nous pensions à un lieu physique fixe dans une salle près de l’office de tourisme de La Courtine. Mais l’office a fermé.
Maintenant, nous envisageons un lieu virtuel multiple en appliquant les techniques numériques et physiques. Le but est d’inscrire matériellement dans le paysage de La Courtine la présence des soldats russes. Cela peut prendre la forme de totems, panneaux, wagons….
Nous n’avons pas ménagé les démarches pour parvenir à la décision de Haute Corrèze Communauté (HCC) prise la semaine dernière (cf. le point du rapport d’activité).

Jean-Marc Michelon revient sur la rétrospective des démarches, d’abord celles auprès de la mairie, puis celles auprès de la comcom. Il n’était pas présent au bureau du 16 mai, mais il sait que la décision de soutenir ce projet a été votée à l’unanimité (voir relevé de décision en annexe 4). La comcom couvre un vaste territoire. Elle va de Poussanges en Creuse à Soursac en Corrèze. Elle regroupe 34 000 habitants. Elle comprend 71 communes et 103 délégués communautaires. Un des projets phare est le développement touristique. Le projet de chemin de mémoire s’inscrit dans cet objectif. Il est réellement pris en compte par la comcom et est soutenu par le président, Pierre Chevalier (excusé aujourd’hui).
La Directrice Générale des Services est très investie et très intéressée par le projet.
Jean-Marc Michelon aborde ensuite les aspects techniques du projet.
Le premier volet représente un budget de 16 000 € pour Haute Corrèze Communauté.
La maîtrise d’ouvrage générale sera assurée et coordonnée par HCC.
La maîtrise d’ouvrage déléguée pour le contenu scientifique et les outils du sentier incombera à l’association La Courtine 1917.
Le comité de pilotage (COPIL) devra se réunir avant le 30 juin. Les études d’aménagement pourraient débuter à l’automne avec un projet tuteuré avec des élèves de l’école nationale supérieure du paysage de Bordeaux qui seraient accueillis à La Courtine.

Après cette présentation exhaustive, plusieurs adhérents sont intervenus pour manifester leur enthousiasme sur ce projet et poser des questions sur les documents d’archives à collecter, sur les possibilités de connecter ce chemin de mémoire avec d’autres existants, de faire une carte géographique des lieux où sont passés les soldats russes : Ile d’Aix, camp du Courneau, compagnies de travailleurs à Lure en Haute-Saône… Proposition est faite de constituer un groupe de travail dans l’association, en faisant appel aux adhérents, pour réfléchir et faire des propositions aux membres du COPIL pour la réalisation du chemin de mémoire.

Sur demande de Jean-Louis Bordier, les candidats suivants se proposent pour faire partie du COPIL :
Jean-Louis Bordier, Jean-Paul Gady, Dominique Duranton, Marinette Veyssière.

Se proposent pour le groupe de travail : Christian Perroteau, Geneviève Albert-Roulhac, Jacques Guilbert, Loïc Le Diuzet, Victoria Melgar, Claude Bournicon, Kamel Guenoun.

Vote pour les membres du COPIL : unanimité
Vote pour le groupe de travail sur le chemin de mémoire : unanimité.

Projet d’une exposition permanente à Rochefort (17)

Jean-Louis Bordier informe l’assemblée qu’un adhérent de Charente-Maritime, Serge Blanquart, propose de faire une exposition permanente dans une maison qu’il possède à Rochefort sur les soldats russes à l’île d’Aix (annexe 5). Il assurerait lui-même les visites et les conférences avec redistribution d’une partie des recettes pour La Courtine 1917. Jean-Paul et Jean Louis profiteront de leur présence à l’Ile d’Aix (fort Liédot) pour le rencontrer et approfondir avec lui cette proposition.

Proposition de donation d’un habitant de La Courtine à LC1917

Il s’agit d’une grande maison dans la rue principale de La Courtine. L’association va aller visiter cette maison et réfléchira à cette proposition lors d’une prochaine réunion. LC1917 remercie vivement ce généreux donateur.

Projet de conférences

Jean-Paul Gady informe que sur invitation du Mouvement de la Paix de Corrèze, une conférence aura lieu le 22 juin à Varetz.
Une exposition aura lieu à Tulle du 9 au 13 septembre avec une conférence le 13 septembre sur invitation de l’association Virevialle.

Projet module de formation

Loïc Le Diuzet lit la déclaration suivante sur le module de formation

10 La parole aux invités

Henri Vacher, président du Mouvement de la Paix de Corrèze déclare que le MDP de Corrèze et La Courtine 1917 ont travaillé ensemble en 2018 et 2019, qu’il prépare la conférence de Varetz le 22 juin, qu’il est demandé de revenir faire une conférence à Seilhac (après celle de mars 2018). Il enverra à l’association les informations sur le trail pour la paix en octobre.
Ce travail en commun est important pour les pacifistes et il souhaite que notre collaboration continue.

Jean-Louis Bordier nous lit une lettre qu’il a reçue d’un élève de l’école de La Courtine, qui s’interroge sur les raisons de la présence des soldats russes à La Courtine en 1917. L’association donnera une réponse à cette lettre sous une forme qu’il convient de définir (voir annexe 6).

L’assemblée générale a été clôturée à 13h45. Les participants se sont retrouvés ensuite pour le repas fraternel, fort bien animé par nos musiciens et par nos chanteurs.

********************************************************************************

La journée n’était cependant pas terminée. Pierre Martine a présenté à ceux qui le souhaitaient les propositions de la commission formation pour organiser des sessions de formation.

MODULE DE FORMATION
INTERVENANTS INITIATIVES LA COURTINE 1917
Présentation AG du 25 mai 2019

La Courtine 1917 envisage l’organisation d’une session de formation destinée à préparer des stagiaires à intervenir dans le cadre des initiatives qu’elle organise.

Notre constat est qu’un trop petit nombre d’adhérents se sentent capables d’intervenir. Dès lors, cela limite les possibilités d’organiser plus d’initiatives et mobilise toujours les mêmes pour toutes celles qui se tiennent.

La présentation d’aujourd’hui a l’ambition de vous motiver pour vous inscrire à une session de formation.

La formation est envisagée sur une journée répartie en une demi-journée un samedi après-midi et une demi-journée le lendemain matin, donc le dimanche. Ce choix prend en compte l’éloignement des uns et des autres permettant ainsi de se rendre sur le lieu de formation en voyageant le samedi matin et de repartir chacun chez soi le dimanche après-midi. Cela ne mobilise ainsi qu’un seul week-end et n’impose qu’une nuit d’hébergement. Bien sûr, pour ceux ne pouvant y assister qu’en arrivant le vendredi et/ou en ne repartant que le lundi, il sera tenu compte de leurs besoins d’hébergement supplémentaires.

Le module de formation que nous avons créé est organisé en quatre séquences : deux se tiendront le samedi après-midi et les deux autres le dimanche matin.

La première séquence est consacrée à la connaissance de notre association, ses buts, ses valeurs, les principes qu’elle défend. Cette dimension nous semble essentielle pour que les intervenants soient à l’aise quant aux finalités de toute initiative.
Nous y abordons notamment cinq ambitions de l’association au travers ses initiatives : Faire connaître l’histoire corps expéditionnaire russe pendant la guerre 1914-1918 – Défendre cette histoire – Faire connaître l’histoire de la mutinerie des soldats de la première brigade cantonnée à La Courtine à partir du 22 juin 1917 – Défendre cette histoire – Agir pour que cette histoire de la mutinerie des soldats russes à La Courtine soit intégrée dans les programmes scolaires de l’enseignement public.

La deuxième séquence aborde ce qui se rapporte au Corps Expéditionnaire Russe en France. Il s’agit ici d’évoquer le périple de ses soldats, les raisons de leur venue en France, le contexte historique. Cette histoire est présentée à partir des 13 kakémonos de l’exposition. Cela présente un double avantage : connaître l’histoire du Corps expéditionnaire, et connaître la structuration de l’expo. Au cours de la formation, l’exposition est présentée à partir d’un document power point réalisé spécialement pour la formation.

Le dimanche matin, la troisième séquence s’ouvre sur la découverte des différentes initiatives que nous proposons et les conditions de leur mise en œuvre. Une présentation est faite du support écrit qui est la base à partir de laquelle les intervenants présentent le sujet. Ce texte est distribué aux stagiaires. Une présentation est ensuite faite du power point utilisé au cours des exposés. Les livres auxquels le support écrit fait référence sont également présentés pendant cette séquence de formation.
Divers documents sont encore diffusés aux stagiaires, tels des repères sur les démarches à mettre en œuvre en amont des initiatives, les échanges possibles avec des institutions, d’autres associations, etc.

La dernière séquence, le dimanche en fin de matinée, permet aux stagiaires d’expérimenter une partie de présentation du sujet. Des documents sont distribués ou rendus accessibles sur ordinateur, vidéo projecteur, etc. chacun aura une petite partie à présenter devant les autres, texte écrits et tous documents utiles en main.

Echangeons désormais à partir de ces quelques éléments. Quelles questions vous viennent ? Quelles remarques, critiques ou autres avez-vous envie de formuler ? Pensez-vous vous inscrire à la formation après cette présentation, et pourquoi, que votre réponse soit positive ou négative ? Le débat est ouvert.

Le cadre étant bien posé, les questions ont porté sur l’organisation pratique des sessions de formation et sur la nécessité de proposer plusieurs dates possibles pour réunir le maximum d’intervenants.

Compte-rendu établi par Marinette Veyssière



Livres sur le sujet :

1917, le Limousin et la Révolution russe, regards inversés.

Anne Manigaud, Association La Courtine 1917 (dir.), 1917, le Limousin et la (...)

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko de Rémi Adam

Paru le 30 octobre 2014 :

« Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko » (...)

« Faits divers » d’Henri BARBUSSE

Publié en Février 1928 aux éditions Flammarion .

Dans ce recueil, figure un (...)

De Russie en Occident, échos d’une vie , L. Weber-Bauler.

« Échos d’une vie - De Russie en Occident »

de Léon Nikola Evitch (...)

Le temps retrouvé du soldat russe Anissim Ilitch Otmakhov

France 1916 - 1920

Afin de donner au lecteur un récit plus agréable à lire, (...)

Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine

Parayre (Régis) : « Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine », (...)

14-18 les refus de la guerre d’André Loez

André Loez : 14-18 les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, (...)

Les carnets de Stéphane Gavrilenko

« Les carnets de Stéphane Gavrilenko. Un soldat russe sur le front de (...)

La première guerre mondiale de Pierre Renouvin .

Il s"agit du "Que sais-je ?" N° 326 .P U F .

Ma Vie de Léon Trotsky

Rieder, 1934. 256 pages

Dix jours qui ébranlèrent le monde .

De John Reed .EDITIONS SOCIALES, 1958. 381 pages .

La Grande Guerre de Pierre Miquel .

Paru en 2008 aux éditions Fayard dans la collection Histoire (...)

With Snow on Their Boots

The Tragic Odyssey of the Russian Expeditionary Force in France During (...)

Héros et mutins : les soldats russes sur le front français 1916-1918

Présenté par Eric Deroo et Gérard Gorokhoff , Gallimard-DMPA, 2010 (...)

1917, la révolte des soldats russes en France

De Rémi Adam , 2007 Éditions lbc , collection Histoire .

Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999)

De Nicolas Offenstadt , Paris : Odile Jacob , 2000 .

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

Préface de Rémy Cazals, première édition : Maspero, 1978 ; rééditions Éditions (...)

 Les Mutineries de 1917

De Guy Pedroncini , Publications de La Sorbonne ,1967 .

Les damnés de la guerre .

Les crimes de la justice militaire (1914-1918) .

De Roger Monclin , Paris (...)

La Mutinerie De La Courtine. Les Régiments Russes Révoltés En 1917 Au Centre De La France. de Poitevin Pierre

Auteur : POITEVIN PIERRE

Editeur : Payot

Parution : 01/01/1938

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

de Rémi Adam .

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

Les damnés (...)

Dans la même rubrique

0 | 5

Annexe 6
le 17 juin 2019
par Jacques
Annexe 5
le 17 juin 2019
par Jacques
Annexe 4
le 17 juin 2019
par Jacques
Annexe 3
le 17 juin 2019
par Jacques
Annexe 2
le 17 juin 2019
par Jacques