Bandeau
La Courtine 1917
Lumière sur les évènements survenus en 1917

Site de l’association La Courtine 1917 .À la mémoire des 10300 soldats russes de la première brigade internés au camp de La Courtine du 26 juinau 19 septembre 1917 . Ils y furent militairement réprimés , eux qui s’étaient mutinés contre la poursuite de la guerre , exigeant leur rapatriement en Russie révolutionnaire .

Lettre d’information n°12 - Mai 2016
Article mis en ligne le 31 mai 2016
dernière modification le 21 février 2017

par Christophe
logo imprimer

Comme vous le savez, samedi 30 avril s’est tenu au Musée d’Histoire de Marseille le colloque scientifique organisé par notre association sur le thème « L’épopée des soldats russes en France de 1916 à 1920 », ce colloque commémorant également le centenaire du débarquement du corps expéditionnaire russe dans le port de Marseille. Trois jours auparavant, le mercredi 27 avril, nous étions avec l’association à Guéret en Creuse pour animer une soirée ciné-débat organisée par le cinéma Le Sénéchal. Celle-ci a réuni 120 personnes autour du film de Pierre Goetschel « Les mutins de La Courtine » et un passionnant débat a eu lieu après la projection, la soirée se terminant par un pot fraternel offert par la direction du cinéma.

Pour en revenir au colloque de Marseille, j’ai souhaité en tant que Président de notre association vous en livrer avec cette Lettre d’information n°12 un bref compte rendu avec quelques impressions personnelles et quelques photos destinées tout particulièrement à celles et ceux d’entre vous qui n’ont pu y être présents. Ce colloque a été entièrement enregistré en audio et en vidéo. Les actes, avec l’intégralité des communications des historiens, paraîtront dans une publication pour l’Assemblée générale annuelle de l’association qui aura lieu samedi 25 juin à La Courtine, en souhaitant que la plupart d’entre vous puissent y participer.

En ouvrant ce colloque, j’ai tenu à saluer et remercier le public d’être venu nombreux, 130 personnes étaient présentes, parfois de loin, de très loin, bien qu’en la matière il faille relativiser quand on pense au périple qu’accomplir les soldats du Corps Expéditionnaire russe. Au nom de l’association j’ai remercié aussi pour leur accueil Monsieur Laurent Védrine, Directeur du Musée, Monsieur Yves Davin Responsable de l’administration générale, Madame Sophie Deshayes Responsable de la Programmation culturelle qui a tout de suite adhéré à notre projet ainsi que Monsieur Damien Degrémont qui assurait la régie générale de cette journée.

Des remerciements ont également été adressés à la Municipalité de Marseille, à son maire Monsieur Gaudin et à Madame Anne-Marie d’Estienne d’Orves adjoint délégué à l’action culturelle. En préparant ce colloque nous ne pouvions pas rêver d’un lieu aussi emblématique et prestigieux que cet auditorium du Musée d’Histoire de la Ville de Marseille.

Et puis j’ai présenté en quelques mots notre jeune association « La Courtine 1917 » dans les termes suivants :
« C’est tout à l’honneur de libres penseurs de la Creuse, il y a plusieurs années, d’avoir soulevé un coin du voile qui recouvrait cette affaire de La Courtine, qui même en Creuse, était peu ou pas connue. C’est tout à l’honneur de l’association de la Libre Pensée de la Creuse d’avoir pris l’initiative de lancer une souscription nationale (plus de 150 souscripteurs) qui a permis l’érection d’une stèle (le 15 septembre 2012) dans le cimetière de La Courtine.
Après l’inauguration de cette stèle, en présence notamment de notre camarade Marc Blondel alors Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, un certain nombre d’entre nous se sont posés la question : « et maintenant que fait-on ? » Et il a fallu près de deux ans (18 janvier 2014) pour que naisse l’association « La Courtine 1917 ! » qui s’est donné pour but principal de faire connaître cette incroyable épopée du Corps Expéditionnaire russe en France.

Depuis deux ans, nous avons organisé une trentaine de conférences un peu partout en France, réalisé une exposition itinérante, créé et édité deux exemplaire de notre revue « Les Cahiers de La Courtine » dont le dernier numéro Hors-série fraîchement imprimé, rédigé par Rémi Adam, est consacré aux mutins de La Courtine embastillés au fort Liédot dans l’île d’Aix. Nous avons également pris un certain nombre d’initiatives dont nous aurons l’occasion de parler au cours de cette journée, sans oublier notre site internet qui nous à permis de fabuleuses rencontres…

Au départ nous étions peu nombreux, aujourd’hui nous sommes près de 200 et ce soir peut-être seront nous plus de 300 !!! (On est à Marseille, on peut bien exagérer un peu…)
Avant de vous présenter nos trois conférenciers ici à la tribune, Jean-Yves Le Naour, Jean-Jacques Marie, Rémi Adam, j’aimerais donner la parole à Monsieur Sergey Molchanov Consul Général de la Fédération de Russie à Marseille qui nous fait l’honneur de sa présence parmi nous (…) »

Dans sa prise de parole, le Consul Général a remercié l’association La Courtine 1917 de l’avoir invité à ce colloque. Il a affirmé qu’il était heureux de participer à ces travaux de recherche historique sur l’histoire du corps expéditionnaire russe en France et il a indiqué qu’une cérémonie aurait le 12 mai à Marseille sous l’égide de l’Ambassade Russe et du Consulat de Marseille pour l’inauguration d’une plaque commémorant le 100ème anniversaire du débarquement des troupes russes et que l’association La Courtine 1917 était invitée à cette cérémonie.

Ce fut ensuite au tour de Monsieur Laurent Védrine, directeur du Musée d’Histoire de prononcer une allocution de bienvenue indiquant tout le plaisir qu’il avait à recevoir ce colloque et l’association La Courtine 1917. Il a rappelé l’implication du Musée dans les manifestations commémoratives de 14-18 et que récemment s’étaient tenues dans ce même lieux des conférences avec une exposition sur la thématique du front d’Orient.

J’ai donné lecture de messages reçus de personnalités, d’élus, s’excusant de ne pas avoir pu être présents à ce colloque. J’ai également donné lecture d’un message de Pierre Roy, président de la Fédération nationale Laïque des Associations des monuments pacifistes nous souhaitant de bons travaux.

La première communication d’historien présentée fut celle de Jean-Yves Le Naour qui traita avec brio de la situation internationale et de la guerre en 1914 et 1915 pour aborder ensuite dans la deuxième partie de sa communication l’arrivée des soldats russes le 20 avril 1916 à Marseille. Il projeta ensuite 4 minutes de films d’époque montrant l’accueil plus que chaleureux réservé par les marseillais aux soldats russes.

Ensuite des extraits du carnet de guerre du soldat russe Stéphane Gavrilenko furent lus par son fils, notre ami Jean Gavrilenko. Ce fut au tour de Françoise Barlési de lire en russe un poème du carnet de guerre de Serguei Ivanoff dont la petite fille Claudine Cimatti-Ivanoff lue la traduction en français. Et puis, Jean-Paul Gady donna lecture d’un texte de Rodion Malinovski relatant son arrivée le 20 avril 1916 à Marseille. Il indiqua que cette traduction, comme beaucoup d’autres depuis deux ans, avait été faite par notre amie Danièle Carrance, une des pièces maîtresses de notre association à qui il souhaitait de se remettre bien vite de ses soucis de santé qui lui empêchaient d’être avec nous à ce colloque.

L’historien Jean-Jacques Marie clôtura la matinée par la présentation de sa communication intitulée « De la conférence de Kienthal d’avril 1916 au déclenchement de la révolution russe ». Son propos montra tout particulièrement de façon très détaillée comment les militants internationalistes combattirent pour le refus de la guerre, contre le vote des crédits de guerre dans les différents parlements, un combat lié à l’exigence de la sortie des ministres socialistes des gouvernements d’Union sacrée.

Vint le moment de se restaurer et ce fut autour d’un buffet bien achalandé de succulents produits creusois fournis par l’association « Bienvenue à la ferme » (voir menu en page 6), cette association ayant offert gracieusement le jus de pomme bio et le vin rosé de Chateaumeillant, ce dont nous les remercions très chaleureusement. Au cours de ce buffet, tous les participants purent faire plus ample connaissance avec en arrière fond sonore les mélodies traditionnelles russes égrenées par l’accordéon de notre camarade Loïc Le Diuzet.

Moment d’émotion pour la photo souvenir (voir page 5), des 11 descendants de soldats russes, enfants, petits enfants et arrières petits enfants, qui purent ainsi se connaître, grâce tout particulièrement à deux de ces descendants membres de notre association, Claudine Cimatti et Eric Molodtzoff.

A la reprise des travaux en début d’après midi, il revint à l’historien Rémi Adam spécialiste de l’histoire du corps expéditionnaire russe de nous présenter cette épopée avec bien évidemment l’histoire de la mutinerie de la Courtine. Il le fit en montrant avec précision et force détails comment et par quels canaux la « contagion » que portait les soldats russes en arrivant en France s’était étendue et avait innervé l’ensemble du corps expéditionnaire et comment la révolution s’était frayée un chemin jusque dans les tranchées du front en Champagne.

Puis, fut ensuite projeté le film de Patrick Le Gall « 20 000 moujiks sans importance » qui fut suivi d’un débat et d’échanges nourris pendant près d’une heure entre les participants et les historiens.

Nous approchions de la fin de ce passionnant et fructueux colloque et j’ai proposé à Eric Molodtzoff d’en faire en quelque sorte la conclusion, ce qu’il a très bien fait et dans des termes émouvants, une conclusion très appréciée si j’en crois les longs applaudissements qui ont suivi, la voici :

« A l’issue de ce colloque, deux réflexions me viennent immédiatement à l’esprit.
La première est la valeur d’exemple que représente l’histoire des soldats du Corps expéditionnaire russe en France. Elle prouve que des hommes condamnés par un pouvoir hiérarchique à poursuivre un destin qu’ils refusent peuvent décider de ne plus subir. C’est d’autant plus méritoire que les soldats russes venaient d’une société écrasée par un régime autocratique fondé sur l’injustice de classe et la répression de toute velléité de liberté. Je pense que cette leçon est toujours actuelle.

La seconde est la puissance de la censure. Il aura fallu près de 70 ans pour que l’histoire du Cerf, en tout cas la partie cachée de la mutinerie et de sa répression soit sortie des oubliettes de l’histoire.

Je n’ai pas la prétention de m’ériger en porte-parole des descendants mais je pense qu’ils seront d’accord avec moi pour ce qui suit :

Je voudrais d’abord saluer le travail des historiens. On sait leur rôle fondamental dans la société mais vous pouvez imaginer sans peine l’immense aide qu’ils nous apportent dans nos recherches familiales respectives. Jusqu’à un passé récent les descendants devaient se débrouiller seuls pour reconstituer l’histoire de leurs aïeux avec comme maigre point de départ quelques photos et anecdotes pour les plus chanceux. Grâce aux travaux des historiens nous avons pu replacer chaque destin individuel dans la grande histoire du corps expéditionnaire russe.

Je ne voudrais pas que ce colloque s’achève sur une image totalement négative.
En effet, la France qui les a réprimés est aussi celle qui après la guerre va accueillir ceux qui vont souhaiter rester. Elle leur donnera la nationalité française pour la plupart, leur donnera du travail et leur permettra de fonder une famille. Nous sommes le résultat, nous descendants aussi de cette France là.

Nos échanges à l’occasion de ce colloque nous ont permis aussi de constater que notre père, grand-père ou arrière grand-père respectif n’a pas souhaité transmettre la langue et la culture russe. En analyser les raisons nécessiterait un autre colloque. Nous pouvons constater que 100 ans après les faits, la question de nos origines russes font irruption dans notre présent. Ainsi nous ne sommes jamais quitte avec notre histoire.

Voici un siècle nos aïeux étaient camarades. Ensemble ils tentaient de survivre dans l’horreur des tranchées. Je serais curieux de savoir ce qu’ils penseraient de voir 100 ans après, leurs descendants réunis aujourd’hui en leur nom. »

Cher(e)s adhérent(e)s, je voudrais conclure cette lettre d’information par de sincères remerciements à toute l’équipe d’organisation, une vingtaine de membres de notre association, qui se sont dépensés sans compter pour que tout se passe au mieux lors de cette journée, un grand remerciement également aux quelques uns parmi eux qui depuis des mois n’ont pas ménagé leur temps pour préparer ce colloque.

Je souhaite vous indiquer que nous avons vendus 125 livres et publications pour un montant de 1 600 euros parmi lesquels les ouvrages des historiens, les Cahiers de La Courtine 1917 et le roman de notre amie Corine Valade « Léopoldine » qui vient juste de sortir.

Enfin, j’en terminerai en indiquant que 9 personnes ont adhéré à l’association lors du colloque. Je les salue ainsi que les 28 qui nous ont rejoint ces dernières semaines, à eux et à vous toutes et tous, je donne à nouveau rendez-vous le 25 juin prochain à La Courtine pour l’Assemblée générale annuelle qui aura à discuter de nouveaux projets, en particulier celui concernant les trois jours d’évènements commémoratifs du centenaire de la mutinerie de La Courtine et ce sera en septembre 2017.

Recevez mes fraternelles salutations.

Jean-Louis Bordier
Président de La Courtine 1917

PDF - 1 Mo
La lettre n°12 en pdf

Livres sur le sujet :

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko de Rémi Adam

Paru le 30 octobre 2014 :

« Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko » (...)

« Faits divers » d’Henri BARBUSSE

Publié en Février 1928 aux éditions Flammarion .

Dans ce recueil, figure un (...)

De Russie en Occident, échos d’une vie , L. Weber-Bauler.

« Échos d’une vie - De Russie en Occident »

de Léon Nikola Evitch (...)

Le temps retrouvé du soldat russe Anissim Ilitch Otmakhov

France 1916 - 1920

Afin de donner au lecteur un récit plus agréable à (...)

Le « camarade rousky » de Jean Giono

Un article de Michel Patinaud

Dans sa nouvelle peu connue « Ivan (...)

Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine

Parayre (Régis) : « Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine », (...)

14-18 les refus de la guerre d’André Loez

André Loez : 14-18 les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, (...)

Les carnets de Stéphane Gavrilenko

« Les carnets de Stéphane Gavrilenko. Un soldat russe sur le front de (...)

La première guerre mondiale de Pierre Renouvin .

Il s"agit du "Que sais-je ?" N° 326 .P U F .

Ma Vie de Léon Trotsky

Rieder, 1934. 256 pages

Dix jours qui ébranlèrent le monde .

De John Reed .EDITIONS SOCIALES, 1958. 381 pages .

La Grande Guerre de Pierre Miquel .

Paru en 2008 aux éditions Fayard dans la collection Histoire (...)

With Snow on Their Boots

The Tragic Odyssey of the Russian Expeditionary Force in France During (...)

Héros et mutins : les soldats russes sur le front français 1916-1918

Présenté par Eric Deroo et Gérard Gorokhoff , Gallimard-DMPA, 2010 (...)

1917, la révolte des soldats russes en France

De Rémi Adam , 2007 Éditions lbc , collection Histoire .

Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999)

De Nicolas Offenstadt , Paris : Odile Jacob , 2000 .

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

Préface de Rémy Cazals, première édition : Maspero, 1978 ; rééditions Éditions (...)

 Les Mutineries de 1917

De Guy Pedroncini , Publications de La Sorbonne ,1967 .

Les damnés de la guerre .

Les crimes de la justice militaire (1914-1918) .

De Roger Monclin , (...)

La Mutinerie De La Courtine. Les Régiments Russes Révoltés En 1917 Au Centre De La France. de Poitevin Pierre

Auteur : POITEVIN PIERRE

Editeur : Payot

Parution : 01/01/1938

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

de Rémi Adam .

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

Les (...)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.34